SEPEN : Site Expérimental pour le Petit Eolien National

TPL_BEEZ3_SEARCH

Revue de Presse

L’éolien de jardin, c’est surtout très fœhn

Article paru dans Liberation du 1 avril 2009

 

Modernes, design et pratiques, les éoliennes domestiques trouvent un public en France. Mais, à elles seules, ces machines ne permettent pas l’autonomie énergétique.

Par NOUALHAT Laure

Loin des mégaparcs d’éoliennes qui redessinent les lignes de notre paysage, le «petit éolien», domestique, de jardin, se développe.

 

Les clients

Le petit éolien s’adresse aux particuliers non raccordés au réseau EDF ou à ceux qui cherchent une autonomie énergétique. «C’est intéressant sur des sites en zones rurales, pour des applications bien spécifiques, comme le pompage de l’eau au fil du vent», explique Thierry Salomon, de l’association Negawatt. On en voit aussi fleurir sur les parkings de restaurants ou de concessionnaires, dans des zones commerciales, ou même associées à des lampadaires. Idéal pour les crâneurs du développement durable, même si l’apport énergétique du petit éolien est si faible que cela s’apparente à bien des égards au gadget.

L’implantation

Environ un tiers du territoire dispose de vents corrects, c’est-à-dire soufflant à 5 mètres par seconde en moyenne. En ville, le petit éolien n’est pas rentable face aux avantages du photovoltaïque. Et les handicaps sont nombreux : bruit, vibrations sur les structures porteuses, écroulement du rendement…

La production

Pour fournir une production suffisante à la France, soit 300 TWh (terawattheure) si le pays allège sa consommation électrique, il faudrait une petite éolienne par Français ! Pas gagné… Le petit éolien, c’est l’épaisseur du trait. Mais si l’on recherche l’autonomie énergétique, couplé à du photovoltaïque, il peut faire l’affaire : une éolienne de 5 kilowatts (kW) qui tourne 2 000 heures dans l’année à sa puissance nominale produira 10 000 kWh par an. Soit la consommation moyenne d’un ménage. Pour EDF Energies Nouvelles, «le gisement est beaucoup plus difficile à prédire que pour les autres sources de renouvelables, notamment le photovoltaïque. C’est une filière moins mature qui a donc un potentiel d’amélioration plus élevé».

Les machines

On trouve de tout pour des puissances allant de 0,2 à 36 kW. Cela va de la sphère suédoise, en passant par l’ergonomie inspirée des nageoires de baleine, le rotor flexible, les systèmes à deux, trois ou six pales… Bref, avec le petit éolien, les designers se déchaînent. Maniables, elles se fixent facilement sur un toit, une terrasse ou dans un jardin. Celle de Philippe Starck, fabriquée chez Pramac Lifter France (près de Roanne) sera en vente en juin pour 400 euros. Mais ces petits moulins ne fournissent que 10 à 20 % des besoins finaux d’électricité d’un foyer. Avec ce genre de machine, on recharge tout juste la batterie d’un portable dans la nuit. Comment faire son marché ? Depuis novembre 2004, les petites éoliennes ont leur circuit d’entraînement. Dans le domaine de Montplaisir, entre les pins et les rafales de tramontane, le Site expérimental pour le petit éolien de Narbonne (Sepen) accueille les petits aérogénérateurs (de 0,2 à 10 kW) afin de les tester en situation réelle. Horizontales, verticales, juchées sur des mâts de 6 ou 20 mètres, elles passent l’épreuve du vent permanent durant environ six mois.

Les embûches

«Le petit éolien est assimilé à du grand éolien, c’est très handicapant, regrette le sénateur (PS) de l’Aude, Roland Courteau. Il faut alléger les procédures : quand un agriculteur veut installer une petite machine, il doit attendre deux ans en moyenne !» En dessous de 12 mètres, la machine n’a pas besoin de permis de construire. Au-delà, si. Celui-ci doit être instruit par la mairie ou la préfecture. Des tracasseries qui en rebutent plus d’un. Comme ce client dont les arbres l’obligeaient à commander un mât de 18 mètres. La seule présence d’une base aérienne, à 50 km de la maison, a bloqué la délivrance du permis. Autre embûche pour le propriétaire d’un hangar, situé à 500 mètres d’une autoroute dans une zone dégagée. Après dépôt de la demande, «on lui a demandé une étude d’impact sur la faune et la flore qui coûtait quasiment plus cher que la machine», explique Michel Galligo, PDG de Weole Energy. Il a laissé tomber.

Le coût

Le législateur estime que les petites éoliennes comptent pour du vent. Il a donc été décidé de ne pas créer de régime d’exception pour ces machines. Son prix varie selon sa puissance mais, intégrée à la résidence principale, elle bénéficie du crédit d’impôt de 50 %. De nombreuses entreprises proposent un service clef en main. Pour 23 000 euros, Weole Energy installe une machine de 5 kW(environ 16 000 euros),la raccorde au réseau et s’occupe de la paperasse le cas échéant. «Les propriétaires consomment en priorité leur production, précise Michel Galligo. Une éolienne de 5 kW peut fournir 70 à 100 % des besoins d’une maison individuelle.» Environ 15 % sont injectés sur le réseau. Mais pas question de récolter de l’argent en regardant tourner les pales : depuis juillet 2007, l’obligation de rachat de l’électricité produite par le petit éolien n’existe plus. Sauf si la machine est installée dans une Zone de développement éolien (ZDE).

 

TPL_BEEZ3_ADDITIONAL_INFORMATION